• Imprimer

Sehyoung Lee

Né en 1993 en Corée du Sud

Vit et travaille à Paris

Diplômé des Beaux-Arts de Paris

https://www.youtube.com/@sehyounglee1993

@o.giyom

Sehyoung Lee conçoit des performances, installations et environnements sonores soigneusement orchestrés. Chaque pièce s’apparente à un écosystème. En partant d’une réflexion théorique, ou d’une sensation intime, Sehyoung Lee compose un poème qu'il traduit ensuite en schéma abstrait. Le dessin « permet d’ancrer la pensée », à la manière d’une trame, une partition qui permet ensuite de pousser la réflexion plus loin, de la développer vers d’autres médiums. À partir de cette trame, il crée des sculptures et met les corps en mouvement. Comme au sein d’un écosystème, chaque élément est interdépendant : la forme des sculptures et le son construisent la mise en scène, tandis que le mouvement des danseurs modifie l’espace et laisse une trace sur les objets inanimés.

Sehyoung Lee explore les zones de frictions entre l’individu et le monde. Né à Séoul et vivant à Paris où il a étudié, Sehyoung Lee parle de son identité comme d’un carrefour d’influences où se mêlent asianité, Occident et culture globalisée. En partant de sa propre expérience, elle sonde les territoires que chaque corps investit : le territoire d’où l’on vient, celui qu’on habite, et ce vers quoi on tend. La pratique de Sehyoung Lee pourrait s’inscrire dans la lignée de la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour, en ce qu’il prête une attention millimétrée à l’interdépendance des choses, des concepts, des humains ou non humains.

Sehyoung Lee a joué dans des œuvres telles que Happening tempête de Boris Charmatz au Grand Palais Éphémère, Paris (2021). Il a présenté ses créations Perma-(sculpture) dans l’exposition collective « Plant B » (cur. Noelia Portela) aux Beaux-Arts de Paris (2021) ; (Ici)divague (performance, sculpture et sons) pour l’exposition de fin d’études aux Beaux-Arts de Paris et pour l’exposition collective « No no fest » organisée par Thomas Conchou à la Maison populaire de Paris (2021).

HAUT DE PAGE