• Imprimer

Luke James

Né en 1990 à Dijon (Bourgogne, France)
Vit et travaille à Lyon (France)
Formation : ENSBA, Lyon (2010 - 2015)
Supports utilisés : Sculpture


http://www.studiolukejames.com

In Search of simplicity, 2015 *: Installation in-situ/Découpe de mur, néon, trace du passé - 95x135x60cm

Joffrey Morel

Pact of Non-Agression, 2015 - Installation in-situ (Prix des partenaires-Ensba Lyon)/Mèche à dynamite brulée - 280x1400cm

Eléonore Pinet-Bodin

Thanks to Black-Bloc, 2015 - Installation in-situ (Homesession, Barcelone)/Verre, acier, bois, papier de banque - 285x244x156

Alan Langlois

Walled-In Date, 2015 - Verre, métal, colle à carrelage - 100x100cm

Rosario Ateaga

Beware Human, 2015 - Photographie numérique contrecollé sur acier, Impression jet d’encre sur papier mat - 100x125cm

Luke James

Les sculptures que je documente ici utilisent les propriétés du matériau autant que ses contraintes, mais aussi son histoire en quelque sorte (bois, métal, verre, béton, lumières etc.). En effet, en prise avec le réel, avec le contexte, l’environnement où je peux le trouver, le matériau ainsi que les formes architecturales, se chargent d’un certain imaginaire et d’une mythologie.
L’architecture du lieu d’exposition est traitée comme un instrument pratique. Rien n’est fait pour offrir à l’œuvre quelque forme d’autonomie que ce soit, l’œuvre s’accroche à l’espace

d’exposition et en révèle d’autres qualités. Rien ne doit être réglé d’avance, c’est à dire capitalisé, et toutes les pièces sont détournées de leur fonction initiale d’habitation.

Plus fondamentalement, mon travail cherche à envisager les constructions architecturales en lien avec la construction de soi et la construction des représentations collectives, il s’appuie sur les expériences collectives et individuelles qui prennent corps dans ou autour de ces architectures, de réagir avec elles, de les altérer, de les infléchir et de les rendre étrangement instables, de les fissurer, creusant ainsi l’enveloppe des choses, pour en révéler l’intérieur.


Avec la participation de Judicaël Lavrador

Critique d'art et commissaire d'exposition

HAUT DE PAGE