• Imprimer

Anaïs-Tohé Commaret

Née à Vitry-sur-Seine en 1992, vit et travaille à Paris.

Anaïs-Tohé Commaret, La boum hantée, 2019, Projection, machine à brume, 2’0’’

Anaïs-Tohé Commaret, Djoudi, 2018, Video, 16’0’’

Anaïs-Tohé Commaret, La boum hantée, 2019, Peinture magique sur mousse, lumière fluo, Dimensions variables

D’origine franco-chilienne je suis née à Vitry en 1992. Très tôt, je me suis tournée vers la vidéo. Je traque les gestes et sonde les visages jusqu’à exhiber la beauté qu’ils recèlent. Je cherche à capter dans mes films ces moments d’épiphanies, de points de bascule vers des réalités troubles et fantasmagoriques, de mondes invisibles et intimes qui se révèlent soudainement. Je poursuis cette recherche, principalement sous la forme d’œuvres hybrides, à la lisière du documentaire et du cinéma expérimental. Mes vidéos exposent des subjectivités qui s’imbriquent. La mienne, d’abord, et celles de ceux que je filme. Bercée par les contes sud-américains où les fantômes s’appellent Pinochet, je mène une réflexion sur la manière dont l’imagination permet de donner du sens à une réalité parfois violemment absurde, voire tragique. La fiction permet aussi de créer des espaces de liberté pour les protagonistes de mes films. Là se pose la question du réel et de la véracité dans le film documentaire.

HAUT DE PAGE