• Imprimer

Charlotte Malphettes

Née en 2001 à Neuilly-sur-Seine

Vit et travaille à Paris

Diplômée de la Haute école des arts du Rhin, Mulhouse

@charlottemalph

Formée à la technique du bois, du métal et tout particulièrement à la céramique, notamment pour la mise en forme de ses installations vidéo et photographiques, l’axe essentiel de ses travaux a été de créer un rapport documentaire intimiste avec le vivant à travers la surface d’écrans ou de surface de projection.

Il faut savoir que ce sont les rencontres avec les animaux autour d'elle qui sont le déclencheur de son travail. C’est pourquoi, en première page, chacune des formes vivantes auxquelles elle s’est intéressée correspond à une œuvre taxonomique alternative aux schémas scientifiques

Analyser comment à travers la technologie et ses outils scientifiques, la « Culture » intercepte, décompose et recompose nos relations à tout ce qui n’est pas humain l’interroge. Détourner les outils propres aux techniques d’observations du monde scientifique comme le microscope lui permet de zoomer là où l’œil ne peut aller tout en se décalant de l’espace laborantin classique.

À la frontière entre le répulsif et la fascination, elle utilise sa caméra comme une extension de son corps. Tantôt naturaliste amateure, tantôt inspectrice d’une nature écorchée, elle tente de nous reconnecter au slime, au fluide de la matière organique qui nous entoure.

Une créature en particulier, l’Aplysia Fasciata, rat de laboratoire des neuroscientifiques et espèce voisine de son enfance à la mer, est un point d’ancrage de ses recherches et une pièce maîtresse de plusieurs travaux.

Elle a notamment donné suite à une collaboration avec une biologiste (Maylis Deschamps) pour l'aider à traduire les publications médicales dédiées à l’utilisation en laboratoire de cet animal.

HAUT DE PAGE